La question de l'émergence de talents dans les métiers du Cyber est le thème central de notre groupe de travail Talents au sein de l'AGORA 41. L’enseignement de la cybersécurité à des élèves, ayant encore peu de préjugés, est un des principaux facteurs de réussite de l’émergence de talents et d’une conscience de la cyber-responsabilité de chacun. C’est à ce titre que notre groupe a collaboré avec Marion Fellrath, professeure des écoles d'une classe de CE2-CM2 à l'Ecole élémentaire 104 Rue de Belleville.

Afin de dispenser ses formations, cette professeure élabore un projet pour l'année, lui permettant d’intégrer les différents éléments du programme. Sous cette forme participative et ludique, il apparait, comme nous avons pu le constater, un vif intérêt des élèves qui, manifestement, retiennent les notions ainsi dispensées.

Cette année le thème choisi était l'espace, en imaginant faire vivre les élèves sur une autre planète hors du système solaire, Kepler. Pour chacun des cours dispensés, les élèves recevaient une lettre de l’ESA leur demandant de réaliser une mission ou des entraînements de français, mathématique, histoire… Cette mise en scène exploite l’imaginaire des enfants et le stimule ; ils vivent une expérience pédagogique en immersion. Ils se prêtent suffisamment au jeu pour créer et inventer la faune et la flore de leur planète, ou encore pour faire semblant d’être à bord d’une fusée secouée lors de l’atterrissage. Ces temps d’immersion, qui permettent de faire vivre une expérience intense, les conduisent à appréhender les apprentissages avec passion. C’est notamment cela qui a permis de donner du sens à un thème comme la cybersécurité qui pourrait sembler, de prime abord, éloigné du quotidien des élèves.

Pour Marion Fellrath la sollicitation, voire l’intervention, de professionnels extérieurs à sa classe est un facteur de mobilisation des élèves et de concrétisation de leurs projets. Avant le « décollage » de la fusée des CE2-CM2, Claudie Haigneré est intervenue, en distanciel, pour leur expliquer comment se passait un voyage spatial. Cette présentation, sous forme de dialogue en fait, a passionné les élèves et leur a donné un sentiment de reconnaissance de leur investissement.

La cybersécurité a été introduite avec le scénario suivant : la fusée de ravitaillement qui devait partir de la terre n'a pu décoller en raison d'une cyberattaque. Serge Caillet, expert en cybersécurité, est intervenu, en distanciel, pour expliquer les bonnes pratiques de l'hygiène numérique afin que l’incident ne se reproduise pas.

L'absence de représentation de cyber-héros a étonné les élèves. Ils ont donc imaginé leur propre Super-Cyber, capable de défendre n'importe quel système et mettre hors d'état de nuire le moindre attaquant. Baptiste Fortin est alors intervenu, en classe, accompagné de Philippe Lavault et Serge Caillet, pour montrer que les compétences en informatique peuvent être utilisées positivement, pour défendre, et non uniquement pour attaquer.

Ainsi, au moyen d'une enquête de cybersécurité, les élèves ont pu visualiser la résolution d'une cyberattaque et mettre en œuvre les bonnes pratiques de l'hygiène numérique. Pour conclure, Guillaume Poupard s’est adressé en vidéo aux élèves, afin de leur exprimer le besoin que nous avons aujourd’hui, de Talents comme les leurs.

Ce module d’introduction à la cybersécurité a permis d’enseigner aux élèves les bonnes pratiques de l’hygiène numérique et de les transmettre également à leurs parents. Ils sont aujourd’hui plus conscients des risques, et plus confiants dans leurs capacités à réagir correctement. L’image souvent fantasmée des cyberattaquants a été contrebalancée par la découverte qu’il existe aussi des cyber-héros, et qu’ils pourraient eux aussi le devenir.

L’approche projet, mobilisatrice, utilisée par Marion Fellrath, l’incarnation du sujet par des intervenants extérieurs et la jeunesse des élèves, sans préjugés sur la cybersécurité, ainsi que l'importance du regard des adultes, témoins de leur engagement, sont les principaux facteurs de réussite de cette initiative.

Conscient que tous les enseignants n’ont pas les mêmes méthodes pédagogiques, Marion Fellrath et le groupe Talents travaillent à la réalisation de cahiers d’énigmes cyber, qui permettraient à d’autres professionnels de l’éducation, d’enseigner ces sujets plus aisément. De son côté, l’ANSSI est prête à mettre à disposition son réseau d’expert à Paris et en province, afin que les sujets cyber puissent être incarnés et ces enseignements généralisés.