Fanny George, Maître de conférences en Sciences de l'Information et de la Communication, a écrit un article dans les Cahiers du numérique en 2011 et plus récemment en 2018 a contribué à l'ouvage : Garder les morts vivants, Réseaux 2018/4 (n° 210)

" Depuis les premiers outils de communication par internet, l’identité numérique s’est départie de ses rêves de liberté d’expression pour s’informer dans les cadres de présentation de soi délimités par le système informatique. Ce document présente trois modèles d’analyse complémentaires de l’identité numérique comme médiation sociocognitive, qui ouvrent d’une part, à l’analyse comparée de la structuration identitaire dans les médias sociaux, et, d’autre part, à une analyse quantifiée, dans le cadre des sciences du web.
La mise en lumière de ces travaux par la notion de mondialisation de l’information met en évidence des pistes d’analyse des stéréotypes identitaires véhiculés par les médias sociaux dans leur dimension culturellement située, mais également l’importance de la figure de l’autre dans la représentation de soi. "

Lire la suite en cliquant sur le lien suivant : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2011-1-page-31.htm