Le scandale Cambridge Analytica fait découvrir à des utilisateurs ahuris que Facebook collecte et partage bien au-delà du nécessaire les petits secrets de nos vies numériques. Répondant à l’appel du hashtag #deletefacebook, un quart des Français se disent prêts à quitter Facebook* pensant naïvement que disparaître de cette plateforme les met à l’abri du fléau liberticide que nous promettent les jouets de la Silicon Valley.


Suite de l'article sur https://www.forbes.fr/technologie/sale-temps-pour-la-vie-privee/